Démocratie et participation des citoyens

Démocratie et participation des citoyens

« A l’échelle de Bayeux, c’est facile de demander leur avis aux habitants »

La transition se fera en associant les habitants :

Nous voulons créer, à côté du conseil municipal, un comité  pour l’urgence écologique et sociale, groupe de travail composé de citoyens, qui ne sera pas contraint par les échéances électorales et qui aura pour mission, sur le long terme, de s’assurer que les projets communaux respectent les enjeux de l’urgence climatique et sociale.

Ce comité, mais aussi les élus, cadres et agents communaux doivent être formés aux questions climatiques, aux risques induits et aux solutions pour les contenir.

L’ensemble des Bayeusain(e)s doit également être impliqué dans le processus démocratique via :

– des réunions sur des sujets ouverts

– des réunions citoyennes avant les décisions 

– une formation des habitants aux enjeux écologiques et à leur gestion locale

– la création d’un réseau de représentants des quartiers

D’ autres formes de démocratie représentative sont également possibles, nous n’en écartons aucune, l’expérimentation permettra seule de déterminer le meilleur mode de fonctionnement pour Bayeux et Bayeux intercom.

« Les élus doivent être exemplaires »

Respect des valeurs démocratiques au niveau communal et intercommunal

Car ils incarnent les valeurs de la démocratie ! Ce qui implique :

disponibilité des élus : pour être au service des électeurs, il faut refuser le cumul des mandats en nombre mais aussi en durée car cela favorise une professionnalisation au détriment de la diversité démocratique.

– liens avec les élus : permanences / moments de partage avec les habitants

transparence de l’action publique : empêcher les conflits d’intérêt / rendre public les données concernant la collectivité / commission de suivi de la commande publique. Un état des lieux précis des finances, et des biens détenus par la ville doit être fait pour lever l’opacité.

reconnaissance du rôle des élus minoritaires : proposer la vice-présidence de la commission des finances à un élu de la minorité / permettre aux élus de la minorité d’exercer leur droit à la formation, l’information, l’expression.